une démarche artistique  ..... et spirituelle .....

 



Officier de la Légion d’Honneur

Commandeur de l’Ordre National du Mérite

Croix de Vermeil de l’Académie du Mérite et du Dévouement Français

Sociétaire de l’Académie Arts Sciences Lettres

QUELQUES IMAGES

 

un peu plus sur l’artiste,

                                        ou sur sa démarche


Mes peintures sont des réalisations abstraites.


Ce qui les caractérise de prime abord, c’est le mouvement, qui transparaît dans chaque tableau. Ensuite viennent les couleurs. J’utilise des tons tranchés, parfois abrupts : blanc, gris, noir, rouge, marron… qu’il m’arrive de traiter de façon monochrome.

Je travaille au couteau, avec de la peinture à l’huile. Cette technique me permet de prolonger la dynamique du geste et de transformer la matière. J’aime utiliser l’épaisseur, la transparence, la lumière pour nuancer l’ensemble. Si j’étais musicien, je dirais que je peins de la musique d’orchestre symphonique  avec, toujours, des morceaux en solo.


Comment naissent mes tableaux ?


Ma matière première, c’est l’émotion. Mes toiles en sont à la fois le fruit et la transcription.

Tout d’abord, je me nourris du quotidien : sensations, ressenti, images, sons, rencontres, lectures, réflexion… J’absorbe, j’engrange des éléments qui génèrent et nourrissent une émotion intense. C’est cette émotion et cette intensité que j’ai envie et besoin  d’exprimer.

Mais l’émotion est un état transitoire, fugace. Alors je travaille vite, spontanément, presque dans l’urgence. Au fil du couteau, l’émotion chemine, elle passe par le geste puis s’incruste dans la matière, se confond avec elle. A tel point que parfois, j’ai l’impression que la toile se construit elle-même, sans moi.

Je considère que le mouvement, la matière, les couleurs ne sont que les vecteurs d’une émotion. Si mes tableaux vivent et bougent, c’est qu’ils sont nés d’un bouleversement intérieur. Toutes les composantes de mes peintures sont au service de l’émotion.

Dès lors, je m’arrête quand l’émotion est fixée. Quand j’ai tout dit.


Et après ?


Une fois l’oeuvre achevée, elle ne m’appartient plus. Je ne lui donne pas de nom, juste une référence chronologique. Je la signe, mais au verso, pour qu’on puisse la lire dans tous les sens. Je me mets en retrait pour ne rien imposer. L’œuvre seule parle au spectateur. La liberté de ce dernier est totale.

Pour moi un tableau doit vivre sa vie. J’ai envie qu’on l’interprète, qu’on l’accroche comme on veut, que chacun l’enrichisse de sa propre émotion. L’idée qu’il fasse son chemin, se retrouve dans un salon inconnu où il suscitera de nouvelles réactions m’enchante. Aussi, je souhaite bon voyage à chacune de mes œuvres.


Qui suis-je ?


La peinture s’est imposée dans ma vie dans les années 2000. Elle est arrivée à point nommé pour apporter un peu de désordre dans un itinéraire d’ingénieur, de juriste, de dirigeant, fait de rigueur et d’organisation. J’ai vécu cette rencontre comme un coup de foudre. Elle s’est accompagnée d’une réflexion générale sur l’art et la créativité.

Je suis un autodidacte et j’ai commencé par des réalisations figuratives : des visages imaginaires qui parlaient avec leurs yeux. Peut-être était-ce le signe de l’ouverture recherchée ?

Depuis, j’ai évolué, mon expression aussi. Je raconte désormais différemment ce que je ressens, mais la peinture ne m’a plus quitté.  Elle est devenue passion, et fait intrinsèquement partie de ma vie, et de moi-même.

J’ai exposé à plusieurs reprises. Une cinquantaine de fois depuis quinze ans. En France et à l’étranger.